À QS, sortir de l’enclos du 10%

Depuis la réalisation de Québec solidaire (QS) nous avons connu de nombreuses expériences démocratiques. Celles-ci se sont toujours situées dans une conjoncture internationale, nationale et interne à QS.

Justement mon propos se situe dans la conjoncture démocratique interne de QS précisément dans la perspective de notre congrès de mai. Je m’en vais malheureusement critiquer violemment les motivations de nos membres des plus valeureux, les plus investiEs et les mieux expérimentés d’entre nous, bref, celles et ceux qui tiennent le phare chez les membres de QS.

 

Pour commencer avec une illustration, je ne retiens qu’un exemple de ces nombreuses expériences démocratiques. Celle-ci expose très bien LE FAIT que les mieux organisés d’entre nous sont déconnectés de la majorité des membres de QS. C’était lorsque nous nous sommes retrouvé en congrès devant la proposition « il faut nationaliser toutes les institutions financières ». Il s’agissait d’une proposition d’extrême gauche, voir intégriste de l’idéologie anti capitaliste. Je suis persuadé que si nous avions adopté une telle résolution, celle-ci n’aurait jamais rejoint même 1% de la population. Ce qui a été alors retenu à la suite de débat et à très forte majorité, « nous créerons une banque d’état ». Ce dernier point de vue est énormément plus susceptible de rejoindre largement plus que notre 10% d’appui, où QS demeure emprisonné depuis des lustres.

 

Cette expérience du processus démocratique à QS montre très bien que la proposition mise en débat était le fruit d’une attitude prétentieuse (nous possédons la seule vérité vraie) de la part de quelques rares personnes très expérimentées au jeu de la démocratie interne d’un parti politique et qui visent à « inséminer des lignes », au programme de QS à tous prix. L’expérience montre que les promoteurs de la résolution initiale n’étaient pas à l’écoute des membres de QS, encore moins de la population mais étaient attaché à un point de vue idéologique prétentieux de posséder la seule vérité vraie. Nous savons ce qui est bien et bon pour vous et nous allons vous l’imposer. Pour moi, cette attitude de la part d’un petit nombre des membres de QS, montre que celles-ci et ceux-ci n’ont pas adhéré vraiment à QS mais sont encore aux prises avec le point de vue qu’elles et ils professaient au temps des micros partis qui se sont fusionnés lors de la formation de l’UFP, pour ensuite s’associé avec Option citoyenne pour former QS.

 

Donc pour sortir de cet enclos du 10% d’appui populaire et devenir un parti de tout le monde

  • Passer en mode écoute pour rejoindre la population réelle qui vote, ou qui s’abstient parce qu’elles et ils ne se sentent pas représenté par quiconque.
  • Si QS veut rejoindre la population, ces membres doivent aller voir les citoyens qui votent et ainsi non seulement s’engager à, mais à véritablement porter les revendications des citoyenNEs engagéEs à améliorer leur condition réelle de vie.
  • Pour se faire, il faudra que les quelques membres de QS imbus du désir d’enseigner aux citoyens du Québec comment elles et ils devraient penser sortent de leurs recettes issues des livres du XVIIIe siècle… Pour passer à la construction de l’avenir RASSEMBLEUSE, avec les citoyennes et citoyens vivantEs en ce XXIe siècle.

 

  • Cesser de prétendre posséder la seule vérité vraie.
  • Sortir de l’attitude visant à éduquer la population comme le fond les missionnaires de la vérité vraie depuis les débuts, en Amérique, de la colonisation européenne, et dans toutes les sectes et églises de ce monde.
  • Cesser d’avoir une attitude toute aussi prétentieuse de posséder la seule vérité vrai comme c’était le cas dans les micros partis politiques, très idéologiques, qui ont « mis fin » à leurs activités au profit de la création de l’UFP puis de QS, il y a plus de 10 ans…
  • Cesser de dépenser de l’énergie considérable à diaboliser nos adversaires politiques.
  • Cesser, sous prétexte d’une analyse de la soi-disant conjoncture de se lancer dans un prosélytisme qui n’est plus du tout dans le ton au XXIe siècle.

 

J’adopte, de façon très réfléchi le point de vue, qui désire rejoindre la population réelle qui souhaite être représenter par des politiciennes et politiciens qui les écoutent, défendent et soutiennent leur point de vue. Je déplore qu’il existe encore parmi nous des gens qui prétendent posséder la seule vérité vrai et s’investissent à vendre ce point de vue comme on le fait dans un séminaire, ou tout autre enseignement confessionnel.

 

Je fais donc appel à un ralliement autour de l’ambition de donné à la population ce qu’elle veut, et cesser de prétendre le savoir pour elle et cesser également de nous installer dans une position d’enseigner la vérité, comme dans prosélytisme… Pour moi, en ce XXIe siècle surtout, pour bâtir un parti politique on ne peut qu’écouter, rejoindre le vrai monde, travailler avec elles et eux et surtout porter en politique leurs revendications.

 

Renaud Blais, Jean-Talon

Membre fondateur de QS

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s